Mon avis sur le film Highrise

highrise-cinema

Sorti en 2015, High-Rise est un film du genre thriller de science-fiction britannique coécrit et réalisé par Ben Wheatley.

Un petit aperçu du film

Ce film dramatique est une adaptation de la satire sociale I.G.H. (High Rise) écrite par J. G. Ballard en 1975, avec la participation de Tom Hiddleston, Jeremy Irons et Sienna Miller.

En 1975, le Dr Robert Laing, en quête d’anonymat, emménage dans un nouvel appartement d’une tour à peine finie près de Londres. Il s’agit d’un immeuble de grande hauteur, une société en réduction que son concepteur, l’architecte Royal, a souhaité parfaire, qui est l’endroit où cette société dérape. En y habitant, le Dr Robert Laing va rapidement découvrir que ses voisins s’obnubilent par une étrange concurrence, ce qui ne lui offre pas la paix.

Petit à petit, il est rentré dans leur jeu. Il a quand même lutté pour faire imposer sa position sociale, mais en réplique, sauf que ses bonnes manières et sa santé mentale commencent à se dégrader, tout comme leur demeure. En fait, tous les équipements de leur habitation se détériorent progressivement, les lumières et l’ascenseur ne marchent plus mais ça n’empêche de poursuivre encore l’aventure. Tout est sens dessus dessous. L’alcool prend une part majeure dans leur mode de vie, tout comme le sexe. Sur un balcon, le Dr Robert Laing, en étant assis en train de faire rôtir le chien de l’architecte du 40ème étage, se sent maintenant dans sa peau.

Il est à noter que le livre a déjà connu auparavant bon nombre de projets d’adaptation, avant que Ben Wheatley a lancé la sienne, mais ils ont voué toujours à l’échec.

Avis et critique du film

Dans l’ensemble, le film est très moyen. En ce qui concerne le 7ème art, les œuvres de J.G. Ballard s’avèrent toujours captivantes, notamment quand elles sont reçues par des bonnes maisons de production. Cependant, dans ce film thriller, cela n’a pas été le cas. Les résultats ne correspondent même pas aux attentes du public. Ce long-métrage n’est pas tellement passionnant comme on l’a voulu. Le champ du récit n’a pas été très profond, il mérite encore une attention plus minutieuse. On le constate également dans son rendu visuel ainsi que dans son introspection narrative. L’histoire est mal écrite, sans originalité et très superficielle.

Heureusement que les niveaux de graphismes sont parfaits avec les belles peintures, les séquences mélancoliques dans des orgies décontractées mais la réalisation des mises en scène manque certainement plusieurs choses. L’immersion entre les personnages est toujours interrompue. De plus, vu que les scénarios prennent place dans un immeuble inachevé, présentant des séquences des différentes couches sociales se trouvant de bas en haut des étages. Malgré le terrain très limité, les réalisateurs n’ont pas bien exploité et mis en valeur l’endroit.

Cela ne veut pas dire que le film est mauvais, il est admirable mais sans conviction. Dans certains points, il est excellent comme la représentation de la société de consommation anglaise des années 70 dans un labyrinthe de pièces (chambres et salons) qui dissimulent les pulsions les plus englouties. Ce qui pose problème c’est le fonctionnement.

cinema-high_rise

 

ladyalexandranet