Peut-on se faire pirater avec une Apple Watch ?

apple-watch

Après l’histoire de la poupée connectée « Mon amie Cayla », désormais interdite de vente en Allemagne, c’est au tour des États-Unis d’accuser la Russie d’une affaire d’espionnage lié à l’utilisation des montres connectées d’Apple.

L’Apple Watch interdite dans les ministères britanniques

Le port d’une Apple Watch est désormais interdite pour tous les membres du gouvernement britannique lors des réunions importantes du Cabinet. Une décision prise suite à une crainte d’espionnage de la par des Russes, déjà pointés du doigt par les Américains dans de nombreuses affaires d’attaque informatique. Selon les explications non officielles fournies à ce propos, les montres connectées d’Apple sont susceptibles d’être manipulées par des hackers à des fins d’espionnage, à l’insu de leurs utilisateurs.

Apple Watch : le gadget espion idéal

Apple a doté sa montre connectée d’un petit micro qui permet d’activer une commande vocale. Grâce à cette fonctionnalité, il est possible de dicter des messages ou de répondre à des appels rien qu’avec une Apple Watch. Mais c’est justement cette capacité extrêmement intéressante de la montre connectée d’Apple qui inquiète les autorités britanniques. Selon eux, cette commande vocale peut être utilisé comme un logiciel espion permettant d’écouter discrètement les conversations et les délibérations qui ont lieu au sein du gouvernement britannique. En théorie, l’Apple Watch n’est pas pourvue d’une telle fonctionnalité. Mais les Anglais pensent qu’une fois entre les mains des hackers, cette possibilité n’est pas à écarter.applewatch-hack

Les gadgets high-tech interdits dans les ministères britanniques

Le cabinet britannique interdit désormais l’utilisation de tout gadget informatique pendant les réunions importantes afin de prévenir toutes actes d’espionnage. En 2013, le gouvernement britannique avait déjà décidé de ne plus accepter l’utilisation ou le port des tablettes et des smartphones pendant les réunions interministérielles. Ces derniers sont ainsi placés dans des coffrets et mis dans un endroit où ni bruit ni onde n’est perceptible. Selon les informations diffusées par The Telegraph, la décision de bannir également les Apple Watches de ces mêmes réunions a été prise par le premier ministre britannique, Theresa May. Selon Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, le gouvernement britannique pense que les Russes sont tout à fait capables de hacker n’importe quel gadget, y compris les montres connectées, les smartphones voire également les Breguet.

La Russie dans la ligne de mire des États-Unis

La Russie fait partie de la liste rouge des grands ennemis des Etats-Unis depuis longtemps. A l’approche de l’élection présidentielle américaine, le gouvernement américain craignait déjà l’interférence de la Russie dans toutes les opérations en cours au pays. L’événement qui a notamment marqué l’esprit des Américains concerne la publication des e-mails piratés du parti démocrate par Wikileaks, résultat d’une cyberattaque attribuée en majeure partie à la Russie. Dernièrement, les États-Unis ont affirmé une accusation officielle à l’endroit de Moscou, accusé ainsi d’avoir « orchestré les récents piratages d’e-mails de personnes et d’institutions américaines. » Une accusation qui fait principalement référence aux systèmes électoraux de plusieurs Etats de l’Amérique. Le gouvernement australien a également décidé de bannir les Apple Watches de ses réunions gouvernementales.  espionner

Une affaire d’État mais pas seulement

Si les hackers s’intéressent plus aux discussions secrètes gouvernementales qu’à votre conversation téléphonique avec votre voisin, il n’en reste pas moins qu’il faut toujours se méfier de ses objets électronique. Car si ce n’est pas un hacker russe, ce peut être aussi bien votre conjoint ou vos amis qui vous espionnent en cachette sans que vous ne le sachiez par le biais de logiciels d’écoute et de transmissions de données installés sur votre smartphone à votre insu. Si vous n’en aviez jamais entendu parler, regardez un peu par ici. Ces logiciels pompent toutes vos données personnelles, que ce soient vos appels, vos SMS ou tous vos réseaux sociaux. Si cela existe pour les téléphones, alors pourquoi pas sur les montres connectées…

ladyalexandranet