Travailler dans les en Alaska : l’un des jobs les plus dangereux du monde

Actuellement, on compte près de six mines productrices et huit projets d’exploration plus avancées en Alaska. Ils contribuent à promouvoir l’emploi dans les régions qui enregistrent un pourcentage considérable de chômage. Malgré les opportunités présentées, travailler dans les mines de diamant en Alaska reste l’un des jobs les plus dangereux du monde.

Les mines en productions en Alaska

Plusieurs mines sont déjà à la phase de production en Alaska. Fort Knox Mine est la plus grande mine en surface produisant de l’or plutôt que du diamant en Alaska. Il fut découvert en 1984 et commence à produire depuis 1996. En 2012, Fort Knox Mine compte 548 employés. Citons également la mine Greens Creek, producteurs d’argent, de zinc, de l’or et du plomb depuis 1989. Kensington et Pogo Mine sont aussi des mines d’or découvertes il y a des années. Kensington fait une production record en 2013 avec 114 821 onces. Enfin, il y a Red Dog extracteur de zinc, de plomb et de l’argent, Nixon Fork une mine d’or souterraine et Usibelli Coal Mine, la seule mine de charbon en Alaska fondée depuis 1943.

L’Alaska dispose d’autres mines en phase d’exploration ou en attente de recevoir le permis. C’est le cas de Donlin Creek Project, le projet Tangle Lakes, le projet Livengood, le minde d’or de Kensington ou encore le fameux Pebble Project situé dans la baie de Bristol et bien d’autres.

L’Alaska change à toute vitesse à cause de ces mines de par la construction de nouveaux bâtiments et des routes. Mais ces mines bien que favorable pour les sans emplois présentent des dangers notables.

mines-alaska-job

Le danger des mines en Alaska

Lors de l’été 2013, on a enregistré 700 incendies dévastant 2 millions d’hectares de forêts boréales à cause des exploitations minières. Selon un rapport fédéral en 2009, les villages côtiers sont exposés aux tempêtes, aux inondations et à l’érosion des littoraux.

Le Pebble Project en pré autorisation fait l’objet de nombreux critiques. Il se place dans la baie de Bristol, abritant 46% des saumons rouges sauvages dans le monde. Cinq sénateurs américains des États côtiers dénonçaient le danger provoqué par cette mine sur plusieurs points. Selon eux, des milliers d’emplois liés à la pêche sont menacés par la contamination de l’eau et la perte d’habitats dues à la construction et aux exploitations. Ils estiment 6000 emplois dans le secteur pêche en danger.

En plus pour les mineurs, travailler dans les mines en Arctique que ce soit pour l’extraction du diamant, de l’or, du pétrole ou du charbon est vraiment dangereux. Ils sont face aux froids et aux réchauffements de l’Arctique. Le dégel du pergélisol dégageant une grande quantité de carbone à odeur âcre met également les travailleurs en dangers de santé. Ces mines font parties des facteurs du réchauffement climatique. Autant vous dire que c’est pas pour les chochottes, si vous préférez le maquillage c’est par là.

ladyalexandranet